Accueil‎ > ‎

Une ville en marbre

publié le 27 juin 2012 à 21:22 par Philippe Rondas
Washington D.C.
Arrivé à Washington, on est accueilli par Olga, membre de couchsurfing.org. Premier objectif : récupérer un peu après le voyage nocturne en car. Il s’avère que les trajets en bus « Greyhound » sont plus éprouvants qu’un voyage de nuit dans un tape-cul khmer. Au moins, au Cambodge, le chauffeur ne vous réveille à 3 heures du mat. Beuglant comme un sergent-chef des Marines, l’aimable conducteur vire tous les occupants du car, le temps qu’il fasse le plein. A ce jour, je n’ai toujours pas compris ce qui l’empêche de remplir son réservoir sans réveiller ses passagers…
On prend donc un peu de repos chez notre logeuse, puis on attaque la visite le lendemain.

Le centre historique de Washington fut construit dès le départ dans le but de devenir la capitale des Etats-unis. Georges Washington choisit un lopin de terre de 26 kilomètres carré et désigna un architecte français pour y ériger une Ville qui représenterait l’union américaine.

Le capitole

Le memorial de Lincoln

Pierre Charles L’enfant a donc dessiné Washington en partant d’une feuille blanche.  L’ensemble est impressionnant d’harmonie et de cohérence. Malgré toutes les réserves qu’on peut nourrir sur ce lieu de magouilles géopolitiques, c’est indéniablement une réussite d’un point de vue monumental. On se ballade entre le capitole, la maison blanche, le pentagone et la cour suprême.

Le monument de Washington


La maison blanche

Le monument de Jefferson

Ajoutons un crochet par le musée d'histoire naturelle, le cimetière d'Arlington et une visite dans le resto préféré d'Obama: une gargote spécialisée dans le hotdog au chili. On continue notre transhumance avec la compagnie Greyhound le long de la côte est.
Après une petite pause à Atlantic City, cap sur New York !

Comments