Accueil‎ > ‎

N-Z: l'île du nord

publié le 31 mars 2012 à 22:39 par Philippe Rondas   [ mis à jour : 1 avr. 2012 à 05:32 ]
Wellington et Napier
Une traversée en ferry plus tard, on se retrouve sur l’île du Nord, dans la capitale Wellington. On n’en aura pas vu grand-chose, à part le superbe musée « Te Papa ». Fierté des néo-zélandais, Te Papa s’étend sur 5 étages. On y trouve des expos sur tout ce qui concerne la Nouvelle-Zélande de près ou de loin. Super bien fait, ludique et gratos. Que demande le peuple ?

On file ensuite vers Napier, la «capitale mondiale de l’Art Déco». Se promener à Napier, c’est un peu comme faire un voyage dans le temps. La ville a été dévastée par un tremblement de terre en 1931. Les habitants en ont profité pour tout reconstruire en 2 ou 3 ans, à la mode de l’époque.
Et comme tout ça s’est passé au beau milieu de la dépression économique mondiale, on ne construisait quasiment plus nulle part, sauf à Napier. Voilà pourquoi la ville peut se targuer d’avoir le plus bel et le plus grand ensemble de bâtiment «Art Déco» du monde. Le tout est soigneusement conservé et bichonné par les habitants dont certains poussent le fanatisme jusqu’à s’habiller en vieille redingote.







Taupo et Rotorua
Etape suivante : Taupo et son lac homonyme, capitale mondiale… de la truite de plusieurs kilos. Grand pêcheur devant l’éternel, je me suis essayé aux joies du «spinning» au bord du lac et dans une rivière avoisinante. Je n’embêterais pas le lecteur de ce blog en m’étendant inutilement sur ce que j’ai pris ou n’ai pas pris. Je préciserais seulement  que j’ai respecté à la lettre les consignes du règlement de pêche local : je n’ai rien pris de moins de 40 cm et je n’ai pas sorti plus de trois poissons.
Toujours plus loin vers le nord, on a fait halte dans la région de Rotorua, connue pour ses villages maoris entourés de geysers et de fumerolles. C'est ici qu'on réalise vraiment le caractère volcanique de la nouvelle Zélande. Aux quatre coins de la ville, ça fume, ça bouillonne et ça sent le souffre.
Bien qu’équipés maintenant de micro-ondes et de cuisinières dernier cri, certains maoris continuent à cuisiner en utilisant la chaleur dégagée par les source d’eau chaude, pour le plus grand plaisir des touristes. Passage quasi obligé en Nouvelle-Zélande, on a aussi assisté au traditionnel «Hakka», la danse que les maoris exécutaient pour terroriser leurs ennemis avant la bataille. Les «All Blacks», l’ équipe championne du monde de rugby, perpétue d’ailleurs la tradition puisqu’ils l’exécutent avant chaque match, face à leurs adversaires.

Coromandel et les Ents
C’est dans la péninsule de Coromandel qu’on a fait notre dernière trempette dans une source d’eau chaude. Ce coup-ci, la source est accessible sur une plage, à marée basse. A l’heure dite, tout le monde rapplique avec sa pelle, et chacun se creuse son jacuzzi personnel. Plus on s’approche de la source et plus l’eau est chaude, jusqu’à devenir franchement bouillante.


Notre dernière ballade nous a emmenés dans la forêt millénaire de Waipoua. Nous y avons admiré "Tane Mahuna", le plus grand et le plus vieil arbre de Nouvelle Zélande. Selon certaines estimations, ce vénérable "kauri" avoisinerait les 2000 printemps…


Maga devant Tane Mahuna

Viens faire un câlin! Celui-ci n'a que quelques centaines d'années...
On aura donc passé 4 semaines à courir ce pays époustouflant de long en large et de bas en haut. On serait presque triste de le quitter, si ce n’était pas pour s’envoler vers Tahiti…
Comments