Accueil‎ > ‎

La Californiiiiie

publié le 6 juin 2012 à 22:25 par magali lognoul
L'Amérique, l'Amérique, je veux l'avoir et je l'aurai
L'Amérique, l'Amérique, si c'est un rêve, je le saurai…

Je voulais l’Amérique du sud, il voulait le Nord. Il voulait voir la campagne électorale. Il m’a convaincu. Comme nous l’a dit un polynésien, on a peut être inventé le concept de tourisme politique.
Qui n’a jamais rêvé d’Amérique? S’il est de bon ton depuis quelques années de critiquer cette superpuissance (nous les premiers), on n’en reste pas moins des gamins de la mondialisation, des goonies, la tête pleine de films et de fantasmes sur ce grand pays.

L.A.
Notre première étape fut Los Angeles. Bonne surprise: lors de notre arrivée à l’aéroport, on s’attendait à devoir déballer tous nos sacs devant des douaniers sanguinaires et en fait ce fut tout le contraire. On a été accueilli par de grands sourires et un personnel super sympa. On les place ex-aequo avec la Nouvelle Zélande en terme d’accueil, ce n’est pas rien.

Notre premier motel situé à Hollywood nous rappelle Melrose place (en un peu plus minable quand même).
Durant quatre jours nous avons visité :
- Hollywood, son « walk of fame », ses personnages haut en couleur (on a vu notamment superman s’expliquer avec catwoman devant un flic très sérieux)
- Santa Monica, sa plage, ses magasins, son animation. C’est là que nous avons mangé notre premier hamburger américain dans un petit resto à la déco fifties.
- Les studios universal où nous avons pu visiter les plateaux (Wisteria Lane, la place de l’hôtel de ville de Retour vers le futur, le motel de Psychose…) On a pu expérimenter aussi une toute nouvelle attraction en 3D qui vous propulse littéralement à l’intérieur d’un film. Les sensations sont incomparables, c’est magique.

On restera avec un petit goût de trop peu car Los Angeles est une ville si étendue et si disparate qu’il est très difficile de la visiter en transport en commun. L.A est un assemblage de villes, qui possèdent d’ailleurs chacune leur propre code postal. Il nous reste à découvrir Beverly Hills et Dowtown, peut-être à notre retour après notre road trip.

La plage de Santa Monica

Studio universal
La place de l'hôtel de ville (Retour vers le futur)
Wisteria Lane (Desesperate Housewifes)


San Francisco
Pour la suite de notre voyage sur la côte ouest, nous avons loué une voiture. C’est par la mythique "route 1" (considérée comme la plus belle des États-Unis) qui longe la côte que nous rejoignons San Francisco. Les paysages sont à couper le souffle et les écureuils trop mignons.
San Francisco est une ville magnifique tout à fait conforme à l’image que l’on peut s’en faire. Elle allie harmonieusement les gratte-ciel les plus modernes aux maisons colorées. On pense à Maxime le Forestier et à la « Fête à la maison »…
Le Golden Gate est majestueux, on a les yeux qui pétillent quand on l’aperçoit émergeant des nuages.
San Francisco est une ville taille humaine, on peut s’y déplacer à pied (même si les mollets trinquent un peu dans les montées), les gens sont adorables (mais un peu bizarres parfois, on croise des looks incroyables), la skyline est impressionnante et la vie culturelle semble bouillonnante. Bref une ville où on se verrait bien vivre.

   


C'est une maison bleue...


Comments