Accueil‎ > ‎

Arrivée en Thailande

publié le 5 déc. 2011 à 06:47 par Philippe Rondas
Ca fait maintenant deux bonnes semaines que nous avons pris nos quartiers en Thailande.
On ne devrait pas comparer, mais on ne peut pas s’en empêcher : la Thailande est un pays beaucoup plus « facile » que l’Inde.
On a commencé par 5 jours à Bangkok. Quel calme ! Pas de klaxons hurlant à chaque coin de rue, pas de chauffeurs de rickshaw qui vous harcèle, des rues propres… En un mot : reposant. On se balade très facilement d’un bout à l’autre de Bangkok en enchainant métro, bateau et « skytrain » ( = un monorail aérien).  Et puis, il y a la cuisine thai : certes, c’est moins épicé que la cuisine indienne, mais qu’est ce que c’est bon ! Le tout pour un prix modique, puisqu’un bon bol de nouilles coûte entre 10 et 20 francs. Remarquez qu’on est revenu 10 ans en arrières : en Thailande, on compte en francs belges puisque le Baht, la monnaie nationnale, s’échange à 41 bahts pour un euros.  Quand je vous dis que ce pays est facile à vivre…

Koh PhiPhi

(Faites-vous plaisir : ça se prononce pipi)

Après notre séjour à Bangkok, on n’a pas pu résister à l’appel des plages du sud : plein vent vers Koh PhiPhi, une île baignée d’eaux chaudes et bleue claires. Ça nous a rappelé le début de notre voyage dans les îles Gili. Comparativement aux superbes complexes de la côté, affichant un luxe décadent, on s’est contenté d’un petit hôtel assez spartiate dans le Centre de l’île. Il faut dire que notre séjour à Bangkok avait bien entamé notre budget.  Le but était aussi de dormir bon marché pour pouvoir se payer un ou deux petits extras pendant la journée. On a quand même été très sage : à Koh Phiphi, l’usage veut qu’on boive ses cocktails par sceau. Oui oui, par sceau. Raisonnables comme on l’est, on ne s’est pas laissé tenter et on s’en est félicité. De bon matin, on a croisé une américaine francophone dans un sale état. Elle n’avait pourtant bu que 2 seaux de Mojito…

En termes d’extra, j’ai quand même craqué pour une initiation à la plongée. L’île est réputée pour sa faune et sa flore sous-marine. Après un petit briefing technique, je suis donc parti pour 2 plongées de 65 minutes chacune, accompagné de Christian, moniteur de plongée québecois. J’ai totalement adoré cette première expérience sous l’eau ! Je n’ai pas eu trop de problème de pressions dans les oreilles et j’ai pu assez rapidement contrôler ma respiration (plus on respire calmement, plus longtemps on peut rester sous l’eau).

Les récifs coralliens sont superbes et plein de couleurs. Dans le désordre, j’ai pu y admirer : des poissons licornes, des chirurgiens, des barracudas, des murènes, des demoiselles (mais non, sots que vous êtes, pas des jeunes filles en bikini : c’est un poisson la Demoiselle), des poissons clowns (Némo), une superbe tortue, des seiches, des poissons flutes, des poissons boites et des requins à pointe noires.

Avant de plonger, Christian m’avait dit : « Si on a de la chance, on verra des requins », ce
qui est tout de même une étrange utilisation du mot "chance". Après lui avoir dit que, bon, j’allais encore avoir besoin de mes bras et mes jambes pour la suite du voyage, il m’a (un peu) rassuré en m’expliquant qu’ils étaient plutôt craintifs et totalement inoffensifs.
En fin de compte, une fois sous l’eau, j’avais vraiment envie d’en voir (au moins pour pouvoir faire le malin en écrivant ce billet de blog). Avec beaucoup de patience et en bougeant le moins possible, on a eu la « chance » d’en voir finalement plusieurs. 2 par ici, 4 par là, 3 derrière…
« Mais bordel, me dis-je, ils nous tournent autour ! ». Ils se sont tellement rapprochés que le plus courageux s’est retrouvé à 3 mètres de nous ! Une fois à la surface, Christian m’a expliqué qu’ils nous tournaient bel et bien autour : ils sont curieux. Finalement, ce qui m’a le plus impressionné, ce ne sont pas les requins mais les oursins : ils étaient super gros et dotés d’épines étonnamment longues.

En fin de matinée, Maga était très contente pour moi de tout ce que j’avais vu, et très contente aussi d’être restées sur le bateau.




Comments